Pégé...Actualités en santé, mentale et autres !

19 avr. 19

Anxiété: le drame des toujours-inquiets !

Salut à tous,

Du site Québec Science : Quand ça va mal, ils s’inquiètent; quand ça va bien, ils s’inquiètent aussi. Que se passe-t-il donc dans la tête des anxieux ?   

20160215141849-anxieteqsmars2016page1   ¨ Elle n’a lâché prise qu’une fraction de seconde. Juste assez pour que son ballon gonflé à l’hélium glisse de ses petits doigts d’enfant de quatre ans et s’envole. Plus il s’éloigne, plus grossit la boule d’angoisse dans son ventre à elle. «C’était la fin du monde. J’ai fait une crise monumentale, des heures durant», se souvient Émilie Sarah Caravecchia. Elle venait d’affronter son premier épisode d’anxiété.

   Dans la vingtaine, ce n’est plus un ballon qu’elle craint de perdre, mais la tête. Elle s’inquiète alors, à outrance, pour tout et pour rien. Pour ses relations, ses finances, son appartement qui pourrait brûler, etc. Elle essaie toutes sortes d’astuces pour apaiser ses angoisses, dont le yoga.

   «Pire erreur! Moi, toute seule dans ma tête? Le petit hamster qui s’agite dans mon crâne a juste plus de temps pour penser à tout ce qui pourrait arriver de terrible.» Puis elle reçoit un diagnostic de trouble d’anxiété généralisée. Cela signifie que son bouton d’alarme intérieur est ultra sensible.

Anxiété nécessaire !

   En réalité, cependant, tout le monde doit composer avec l’anxiété. «Elle est même nécessaire à notre survie», affirme Camillo Zacchia, conseiller principal au Bureau d’éducation en santé mentale de l’Institut Douglas, à Montréal.

   Lui, bien calé dans son fauteuil, semble au contraire très relax. «Celui qui n’est pas assez anxieux, poursuit-il, va conduire de façon imprudente. Celui qui l’est de façon normale va respecter les limites de vitesse. Celui qui l’est trop ne conduit plus: il est mort de peur. L’anxiété est une alliée, il faut seulement la maintenir en équilibre.»

   Ainsi en est-il du cas d’une des rares personnes sur la planète qui n’éprouve jamais de peur ni d’anxiété; son nom de code est SM et des chercheurs la suivent depuis une vingtaine d’années.

   Cette citoyenne des États-Unis est atteinte de la maladie d’Urbach-Wiethe, une affection qui a entraîné dans son cerveau une calcification complète de l’amygdale, une structure au centre du processus de décodage des menaces dans l’environnement. SM mène une vie pratiquement normale, si on exclut le fait qu’elle s’aventure sans crainte dans des quartiers extrêmement dangereux, au point qu’elle a été attaquée et menacée de mort à quatre reprises.

Symptômes étonnants !

   L’anxiété est constituée de composantes cognitives (les pensées négatives, voire catastrophistes), comportementales (l’évitement de ce qui fait peur) et physiologiques (le travail de décodage de la menace). Le hic, c’est que, une fois achevée la préparation du corps, l’anxieux ne peut généralement ni fuir ni attaquer, car la menace n’est pas réelle.

   De plus, les symptômes provoqués par l’activation physiologique de la réaction combat-fuite sont plutôt dérangeants: vision embrouillée, étourdissements, impression d’irréalité, vertige, sécheresse buccale, essouffle­ment, palpitations cardiaques, problèmes gastriques, transpiration, refroidissement ou moiteur des mains, tensions musculaires, lourdeur des jambes, tremblements, refroidissement ou en­gour­­dissement des pieds¨...

( Voir l'article au complet )

https://www.quebecscience.qc.ca/sante/anxiete-le-drame-des-toujours-inquiets/

Pégé

Posté par fricot à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 avr. 19

Mieux dépister la DMLA !

Salut à tous,

Du site AlloDocteurs.fr : La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge (DMLA) est la première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Selon l'association DMLA, un million de personnes seraient concernées en France. Comment en reconnaître les signes ? Quels sont les progrès pour soigner cette maladie ?   

Qu'est-ce que le DMLA ?

   ¨ DMLA, quatre lettres pour désigner la Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge. Les symptômes les plus fréquents de cette pathologie de la rétine sont la baisse de l'acuité visuelle, les lignes droites qui se déforment ou encore l'apparition d'une tache noire au centre de la vision.

Les symptômes à surveiller

959-oeil9- une déformation des lignes droites.

- une baisse d'acuiité visuelle.

- une tache noire au centre de la rétine.

Une consultation rapide s'impose alors.

   La DMLA survient principalement chez les personnes de plus de 50 ans. Après 75 ans, une personne sur quatre souffre de la DMLA. Ce vieillissement de la macula est la première cause de handicap visuel après 55 ans.

    La macula correspond à une petite zone au centre de la rétine et qui n'occupe en réalité que 2 à 3% de la surface totale. Pourtant, à elle seule, la macula transmet 90% de l'information visuelle, car elle est riche en photorécepteurs des cellules de la vision capables de capter les différents rayons lumineux. Ces photorécepteurs sont de deux sortes : les cônes, spécialisés dans la vision des couleurs, et les bâtonnets spécialisés dans la vision nocturne.

   Grâce aux nombreux photorécepteurs au niveau de la macula, cette zone perçoit extrêmement bien les détails. C'est ce qui explique que lorsque les photorécepteurs de la macula dégénèrent, l'acuité visuelle baisse.

Le diagnostic de la DMLA !

  Pour diagnostiquer la DMLA, il faut observer l'oeil de très près et notamment les différentes couches de la rétine. Certains examens permettent de définir précisément le type de DMLA concerné pour mettre en place un traitement adapté¨... ( Voir l'article au complet )

https://www.allodocteurs.fr/maladies/yeux/dmla/mieux-depister-la-dmla_959.html

Pégé 

.

Posté par fricot à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 19

Soignez-vous avec ces applications musicales !

Salut à tous,

Du site KORII. : Des entreprises innovantes (start-upsP s'attellent à faire rimer santé et sonorités.  

spencer-imbrock-487035-unsplash

C'est un long article que consacre Pitchfork à la question des vertus curatives de la musique. On y lit quelques histoires incroyables et touchantes sur la manière dont la musique a réparé des corps brisés, réactivé ces cerveaux atteints, redonné du mouvement à des membres paralysés.

Car si l'on sait que la musique adoucit les mœurs, on sait également –depuis qu'hommes et femmes tapent sur des bambous autour du feu– qu'elle peut soigner les meurtrissures. Ces dernières années, grâce à d'importants progrès technologiques, notamment dans le domaine de l'imagerie médicale, ce savoir instinctif a été confirmé par la science. La musique est désormais un véritable champ de recherche médicale, sur lequel reposent quelques beaux espoirs et misent en conséquence quelques entreprises innovantes.

Le cerveau, une matière plastique

Pitchfork prend l'exemple de MEDRythms. L'entreprise a été fondée par Brian Harris, spécialiste de la thérapie neurologique musicale (NMT, en anglais), un champ de recherche né à la fin des années 1990. Harris a décidé de faire de l'application de la NMT l'objectif de sa vie lorsqu'il a vu un pré-adulte, dont le développement psychomoteur correspondait à celui d'un bébé faire, réaliser grâce à 10 minutes de thérapie par la musique des progrès que le personnel soignant n'avait jusqu'alors jamais constatés.

«Aucun autre stimulus ne permet une telle activation globale du cerveau», explique Harris. Langage, cognition, mémoire, mouvement: la musique fait fonctionner l'ensemble du cerveau. Et elle joue également sur la neuroplasticité, soit la capacité du cerveau à créer de nouveaux réseaux neuronaux ou à renforcer ceux préexistants.

MEDRythm travaille pour l'instant auprès d'institutions spécialisées pour aider des personnes souffrant de la maladie de Parkinson, de celle de Huntington ou ayant subi un accident vasculaire cérébral. L'objectif ultime de la start-up est de créer une plateforme logicielle et matérielle permettant aux malades de bénéficier de traitements très spécifiques chez eux, sans requérir la présence permanente de spécialistes à leurs côtés.

( Voir l`article au complet )

https://korii.slate.fr/tech/sante-apps-musique-soins-cerveau-neuroplasticite

Pégé

 

 

 

 

 

Posté par fricot à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 févr. 19

Je m’ennuie, est-ce grave ?

Salut à tous,

Du site Cerveau & Psycho :  Hyperconnectés en permanence, nous avons du mal à supporter les moments d’ennui.
Comment éviter de fuir sans cesse dans des distractions compulsives ? Pour y répondre, les psychologues dissèquent cette émotion si particulière. Et lui trouvent d’étonnants liens avec l’attention…  

image   ¨  En l’an 340 de notre ère, les habitants de Bénévent, dans le sud de l’Italie, érigèrent une statue en l’honneur du consul romain Tanonius Marcellinus. Son mérite ? Avoir libéré la population de l’ennui tenace qui l’accablait. Nous ignorons comment il a réussi cet exploit, mais l’épisode nous indique bien que le combat de l’humanité contre l’ennui n’est pas nouveau.

   Si les écrivains et les philosophes ont souvent évoqué cette émotion, les psychologues l’ont relativement peu étudiée. « En paraphrasant Augustin, nous pourrions dire que tout le monde sait ce qu’est l’ennui, mais que nous avons du mal à en donner une définition précise », affirme Giuseppe Craparo, de l’université Kore, à Enna, en Sicile. Cet expert du sujet a publié en mai 2017 la version italienne d’une importante échelle de mesure de l’ennui, la Multidimensional State Boredom Scale (MSBS). « La recherche s’est toujours heurtée à cette difficulté », poursuit-il, avant de tenter tout de même une description : « Il s’agit d’un état émotionnel qui s’accompagne d’une sensation désagréable, d’une perception ralentie du temps, de difficultés à se concentrer et à trouver une satisfaction dans les activités entreprises. »

   Difficile en effet de nier le caractère désagréable de l’ennui. En 2015, Chantal Nederkoorn, psychologue à l’université de Maastricht, aux Pays-Bas, a même montré que lorsque aucune distraction n’est disponible, la plupart des gens sont prêts à se faire mal délibérément en s’administrant de légers électrochocs pour échapper à l’emprise de l’ennui. Bien sûr, quand ils ont le choix, ils préfèrent les stimuli agréables, comme la nourriture…

Un problème d’attention

Comment trancher entre ces différentes conceptions ? Il y a quelques années, le psychologue John Eastwood, de l’université York, à Toronto, au Canada, a pris le problème à bras-le-corps. Soupçonnant la question de l’attention d’être la clé de l’ennui, il a passé au crible les recherches scientifiques sur le sujet, en se servant de ce filtre. Il a ainsi examiné plus de cent publications. En 2012, il a publié la synthèse de son analyse dans un article intitulé « The Unengaged Mind » (littéralement « L’esprit désengagé »).   ( Voir l`article au complet )

https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/psychologie/je-mennuie-est-ce-grave-13248.php?fbclid=IwAR1qZogS4WdQDewwzBCPrv9fqXqC_ytdCeEAXGVW_IhSnruOlbUHU0ljF4Y

Pégé 

 

Posté par fricot à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 févr. 19

Les maladies auto-immunes sont le 3e type de maladies plus fréquent !

Salut à tous,

Du site Psychomédia : Qu'est-ce ? Quels sont les traitements ?

39180-65694-image   ¨ « Sclérose en plaque, diabète de type 1, psoriasis, maladie de Crohn, polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux disséminé… Il existe plus de 80 maladies auto-immunes qui touchent entre 5 et 10 % de la population mondiale », rapporte Cécile Lecoeur, biostatisticienne au CNRS, sur le site The Conversation France.

   Ces maladies représentent le 3e type de maladie le plus fréquent après les maladies cardio-vasculaires et les cancers.

   Environ 75 % des personnes atteintes sont des femmes.

   Les maladies auto-immunes sont généralement des maladies chroniques. Elles peuvent être spécifiques (un seul tissu ou organe est touché) ou systémiques (différentes régions du corps sont atteintes).

   Elles sont des pathologies du système immunitaire causées par un manque de tolérance au soi.

« Pour mémoire, explique l'auteure, le système immunitaire fonctionne grâce à la distinction entre le “soi”, c’est-à-dire tout ce qui fait partie de l’organisme, et le “non-soi”, c'est-à-dire tout ce qui lui est étranger. En cas d’infection par un agent pathogène, les cellules du système immunitaire vont détecter l’anomalie et réagir. Cette détection a lieu grâce à la reconnaissance d’“antigènes”, des substances (protéines, sucres…) portées par les envahisseurs (qu’il s’agisse d’un grain de pollen, d’un organe greffé, d’un virus…). Ces antigènes sont reconnus comme étrangers à l’organisme par les agents du système immunitaire.

L’organisme a également ses propres antigènes, appelés “auto-antigènes”. Ceux-ci sont des “marqueurs du soi” : ils sont reconnus comme étrangers par les systèmes immunitaires des autres organismes, mais sont tolérés, en temps normal, par le système immunitaire de l'organisme dont ils sont les marqueurs. »

   Dans les maladies auto-immunes, certaines cellules du système immunitaire, des globules blancs appelés lymphocytes, s’activent au contact de ces antigènes marqueurs du soi.

   Plusieurs mécanismes défectueux peuvent être en cause dans l'apprentissage par les lymphocytes de la reconnaissance des auto-antigènes et dans les processus de régulation de la réponse immunitaire.

Traitements des maladies auto-immunes

   Les traitements des maladies auto-immunes « ont pour but de contrôler, voire de rétablir une bonne réponse immunitaire. Les angles d’attaque sont nombreux, mais les traitements ne sont pas toujours sans risque. »

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018-10-12/maladies-auto-immunes-qu-est-ce-traitements

Pégé 

Posté par fricot à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


24 janv. 19

Arthrose : les aliments qui peuvent réduire la douleur !

Salut à tous,

Du site Psychomedié :   

38803-64536-image   ¨ Des chercheurs britanniques, dont les travaux sont publiés dans la revue Rheumatology, ont réalisé une revue de la littérature scientifique sur la relation entre la nutrition et le risque ou la progression de l'arthrose (ou ostéoarthrite), la forme la plus courante d'arthrite.

   Margaret Rayman et ses collègues (1) de l'Université de Surrey ont recherché les études portant sur les liens entre la maladie et les vitamines K, D, A, C et E ainsi que les oméga-3.

   Ils ont aussi examiné les liens entre l'arthrose et l'obésité et le taux de cholestérol.

   Ils ont recensé 68 études observationnelles et randomisées, publiées depuis l'année 2000, sur lesquelles ils ont réalisé des méta-analyses (combinaison des données).

   Des liens avec l'arthrose ont été constatés pour les poissons gras ou les compléments d'huile de poisson et pour les aliments riches en vitamine K.

   Les compléments d'huile de poisson (à raison d'un gramme par jour, soit une capsule et demie standard) pourraient réduire la douleur chez les personnes atteintes d'arthrose et contribuer à améliorer leur santé cardiovasculaire. Les acides gras essentiels contenus dans l'huile de poisson réduisent l'inflammation des articulations, ce qui aide à soulager la douleur.

   Une augmentation de la consommation des aliments riches en vitamine K, comme le chou frisé, les épinards et le persil, s'est également révélée bénéfique. La vitamine K est nécessaire pour des protéines, se trouvant dans les os et le cartilage, qui dépendent de cette vitamine. Un apport inadéquat de la vitamine affecte négativement la croissance et la réparation osseuse et augmente le risque d'arthrose. (Le brocoli s'ajoute à d'autres aliments qui préviendraient l'arthrose)

   Les preuves d'une efficacité de la supplémentation en vitamine D n'étaient pas convaincantes. (Fibromyalgie, arthrite… et vitamine D : analyse de 86 études)

   Une réduction du poids chez les personnes en surpoids et obèses et l'introduction d'exercices adaptés à leur mobilité pourraient également contribuer à atténuer les symptômes de l'arthrose. Non seulement l'obésité augmente la pression sur les articulations, mais elle peut causer une inflammation systémique de faible niveau dans le corps, ce qui peut aggraver la condition. Une alimentation saine et l'exercice aident également à réduire le taux de cholestérol sanguin. Il est connu qu'une hypercholestérolémie est associée à l'ostéoarthrite, indiquent les chercheurs¨...

( Voir l`article au complet )

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018-05-13/arthrose-douleur-alimentation

Pégé 

Posté par fricot à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 janv. 19

Où en est rendu l`aide médicale à mourir au Québec ?

Salut à tous,

Du site le Quotidien (par Julien Renaud ) : Je veux mon kit de fin de vie !  

131d8c90-d71c-4ec8-8ed4-c53806110650_1024   ¨ Après l’histoire du pacte de suicide chez un couple d’octogénaires de la région, celle du suicide d’une femme âgée qui s’est fait refuser l’aide médicale à mourir, et celles des deux personnes qui, courageusement, ont raconté la leur au Palais de justice de Montréal, j’ai décidé de repousser les deux sujets de chronique sur lesquels je travaillais, pour me forcer à réfléchir une fois pour toutes à la question de la fin de vie que je me souhaite.

   Étant une personne malade, souffrante et qui ne sait pas ce que l’avenir lui réserve, je suis capable d’effectuer cet exercice avec sensibilité et rigueur, car la question se pose pour de vrai. Et ma jeunesse - j’ai 25 ans - apporte une variable plus rarement traitée dans ce dossier. Rassurez-vous, par contre, je ne pense vraiment pas être confronté à cela de sitôt, et probablement jamais. Mais jouons le jeu, en gardant en tête que ce n’est pas impossible. Que ça pourrait m’arriver, pour de vrai de vrai.

  Si ma maladie, non étiquetée, devait s’avérer dégénérative et si mon état devait se détériorer rapidement et subitement, comment aimerais-je qu’on me traite, considérant que je ne pourrais plus être suffisant lucide au nom de la loi pour m’exprimer sur cette question?

Point de rupture !
   J’en suis arrivé à la certitude que mon point de rupture entre un « oui » et un « non » découle tout simplement de ma présence d’esprit. Pour moi, le physique et le psychique, ce sont deux choses bien distinctes.

Mes limites physiques ne m’empêchent pas d’être stimulé, de me surpasser, de m’amuser, de contribuer à la société et d’être serein. D’être heureux. Tant que j’ai ma tête, que je peux m’épanouir et que je peux échanger sur mes points de vue, je veux vivre.

Cul-de-sac !
   Mais la législation sur l’aide médicale à mourir, c’est un cul-de-sac. Rien de moins. Et encore plus pour les gens sans diagnostic ou accidenté, qui perdent leur clairvoyance sans avertissement.

Les critères sont tellement restrictifs qu’elle devient presque caduque. Pourtant, c’était le dossier de l’heure lorsqu’elle a été adoptée, comme la voie de sortie inespérée pour bien trop de personnes souffrantes et de personnes qui souffriront. C’était l’avenue salvatrice, mais si peu peuvent en profiter, au final¨...  (  Lire l`article au complet )

https://www.lequotidien.com/chroniques/julien-renaud/je-veux-mon-kit-de-fin-de-vie-60ab5c3e744faaad481050d99f83a8f8

Pégé 

Posté par fricot à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 janv. 19

Les jeux vidéos et le cerveau des jeunes enfants !

Salut à tous,

Du site La Presse.-.ca : Le cerveau des enfants abusant des écrans semble modifié !  

44102973-enfants-diverse-jouer-champ-ciel-jeune-concept   ¨Le cerveau des enfants qui passent beaucoup de temps sur les écrans apparaît modifié, selon les résultats préliminaires d'une étude ambitieuse menée par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) et révélés par la chaîne CBS.

   Dans 21 centres de recherche aux États-Unis, le NIH a commencé à examiner les cerveaux de 4500 enfants de 9 et 10 ans pour voir si la consommation intense de jeux vidéo et le temps passé sur l'internet avait une influence sur leur développement.

   Les premiers résultats de cette étude menée à l'aide d'imagerie par résonance magnétique (IRM) montrent des «tracés différents» dans les cerveaux des enfants utilisant des smartphones, des tablettes et des jeux vidéo plus de 7 heures par jour, a expliqué une responsable de cette étude, le docteur Gaya Dowling, au magazine d'information 60 Minutes.

   L'IRM a montré un amincissement prématuré du cortex, l'écorce cérébrale qui traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens.

   L'amenuisement du cortex «est considéré comme un processus de vieillissement», a expliqué la scientifique, soulignant qu'il n'était pas certain que ce processus soit néfaste. «Nous ne savons pas si c'est causé par le temps passé devant les écrans. Nous ne savons pas encore si c'est une mauvaise chose.»

   Selon une autre scientifique interviewée pour cette émission, le Dr Kara Bagot, le téléphone intelligent peut avoir un effet addictif car le temps passé devant un écran stimule le dégagement de dopamine, l'hormone du plaisir. Pour arriver à ces résultats, son équipe a scanné le cerveau d'adolescents alors qu'ils regardaient leur fil Instagram.   

   «Il y a donc plus de chance qu'on agisse impulsivement et qu'on utilise les réseaux sociaux de façon compulsive que, par exemple, s'occuper de soi», explique-t-elle.   

   Pour cette étude, le NIH a enrôlé 11 000 enfants au total, qui seront suivis pendant plusieurs années pour étudier l'impact des écrans sur leur développement intellectuel et social, et sur leur santé. Les résultats commenceront à être publiés début 2019.¨

https://www.lapresse.ca/sciences/medecine/201812/09/01-5207401-le-cerveau-des-enfants-abusant-des-ecrans-semble-modifie.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Pégé

Posté par fricot à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janv. 19

Le médecin du futur !

Salut à tous,

Du site MACFS : Intelligence artificielle, robotisation, télémédecine, médecine prédictive, chambre connectée, applications e-santé.
A quoi ressemblera le médecin de demain ? Comment les soignants intégreront ces évolutions technologiques dans leur quotidien ? Quels sont leurs espoirs et leurs craintes ?  

Le-medecin-du-futur_reference   ¨ La MACSF, dans le but de les accompagner dans leurs pratiques actuelles et futures, a réalisé une étude* auprès de sociétaires médecins toutes spécialités confondues, sur ces thématiques. 

   Ces innovations, qui impactent directement leur profession, ne les laissent pas indifférents quant à l’évolution de leurs pratiques et de leur relation avec le patient. 

   Ce dossier de presse est enrichi de verbatims de médecins, interrogés pour cette étude. ¨

   ( Accédez au dossier de presse en format PDF )

   https://www.macsf.fr/groupe/Presse/Le-medecin-du-futur

Pégé

    

Posté par fricot à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 déc. 18

L'infirmière du futur !

Salut à tous,

Du site MACSF :  Les infirmières ont un rôle essentiel dans le système de santé et elles restent l’un des principaux pivots de la prise en charge du patient. 

   ¨ La MACSF, dans le but de les accompagner, a réalisé une étude, menée auprès de 8000 infirmières, qui a pour objectif de présenter ce métier et ses évolutions, avec l’impact du digital qui transforme la profession, quel que soit le mode d’exercice.

 Vous trouverez tous les résultats (chiffres et verbatim) dans le dossier de presse qui aborde notamment :  L-infirmiere-du-futur_reference

  • L’évolution du rôle et des responsabilités
  • Matériel et robotisation
  • La relation au patient ¨.

https://www.macsf.fr/groupe/Presse/L-infirmiere-du-futur

Pégé

 

Posté par fricot à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,