Pégé...Actualités en santé, mentale et autres !

22 juin 19

SANTÉ : La drépanocytose, une maladie des globules rouges !

Salut à tous,

Du site France.TV : La drépanocytose est une maladie héréditaire du sang, qui est particulièrement fréquente en Afrique subsaharienne, aux Antilles, au Moyen-Orient et dans le bassin méditerranéene. Comment la soigner ? Comment vivre avec cette maladie ?  

¨ Qu'est-ce que la drépanocytose ? 11438-transfusion_sanguine

    Le nom "drépanocytose" vient du grec drepanon qui signifie faucille, car dans cette maladie, certains globules rouges prennent une forme de faucille ou de croissant. Un globule rouge sain est circulaire, alors qu'un globule rouge caractéristique de la maladie est déformé.

   Cette anomalie est due à une mutation génétique au niveau de l'hémoglobine, substance contenue  dans les globules rouges et qui sert à transporter l'oxygène dans le corps. L'hémoglobine est constituée de 4 chaînes, assemblées entre elles (deux chaînes alpha et deux béta). Dans le cas de la drépanocytose, ce sont les chaînes béta qui sont anormales. Par conséquent, les globules rouges deviennent plus rigides et peuvent obstruer la circulation sanguine, dans les vaisseaux et empêcher la distribution de l'oxygène dans l'organisme.

    Cela entraîne une série de complications graves comme une anémie (qui se manifeste par un essoufflement, une fatigue, une paleur de la peau,...), une insuffisance respiratoire, mais aussi des crises vaso-occlusives très douloureuses qui surviennent dans différentes parties du corps (os, abdomen, rein, cerveau, rétine...), ou la formation d'ulcères. Dans les cas les plus graves, un accident vasculaire cérébral peut survenir et aller jusqu'à entraîner le décès. Les patients ont aussi un risque plus élevé de contracter de graves infections bactériennes en raison d'une destruction progressive de la rate qui ne remplit plus son rôle dans le système immunitaire

   Les manifestations et la sévérité de la maladie sont très variables d'une personne à l'autre, mais aussi chez une même personne, d'une période à l'autre.

  Repérer les dommages de la drépanocytose !

   Parmi les mesures préventives mises en place pour une meilleure prise en charge de la drépanocytose, un bilan annuel est organisé pour chaque enfant dès la première année de vie et jusqu'à ses 18 ans. Ce bilan permet de repérer les dommages éventuels sur les organes¨... ( Voir l'article au complet )

https://www.allodocteurs.fr/maladies/sang/la-drepanocytose-une-maladie-des-globules-rouges_11438.html

Pégé

Posté par fricot à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 juin 19

PSYCHOLOGIE : Une caractéristique des émotions qui aide à penser avec sagesse !

Salut à tous,

Du site Psychomédia : « Depuis des millénaires, la philosophie et la psychologie débattent de la façon dont la sagesse est liée à la gestion des expériences chargées d'émotions.

   ¨ « D'un e part, des travaux sur la régulation émotionnelle suggèrent que la régulation à la baisse des émotions intenses peut améliorer la capacité de penser avec sagesse. Et d'autre part, des travaux émergents suggèrent que de reconnaître et d'équilibrer les émotions permet un éclairage critique des expériences de la vie, ce qui suggère une voie alternative à un raisonnement plus sage. »

Igor Grossmann, professeur de psychologie à l'Université de Waterloo, et ses collègues ont mené une série d'études afin de tester comment la présence et l'équilibre de multiples émotions en même temps influencent la capacité de raisonner sagement.39425-66698-image

Les caractéristiques d'une pensée sage, selon Grossmann et ses collègues, incluent :

  • l'humilité intellectuelle ou la reconnaissance des limites de ses propres connaissances ;

  • l'appréciation de diverses perspectives plus larges que le problème en cause ;

  • la sensibilité au fait que le monde est en évolution et à la possibilité de changement ;

  • le compromis ou l'intégration de différentes opinions

   Grossmann, Harrison Oaks et Henri C. Santos se sont concentrés sur l'émodiversité, qu'ils définissent comme étant la capacité de vivre des émotions multiples mais équilibrées. Les recherches antérieures, indiquent-ils, ont indiqué que l'émodiversité pouvait réduire les symptômes psychopathologiques cliniques en empêchant une émotion particulière de dominer l'expérience.

   Ils ont mené, avec un total de 3 678 personnes, six études utilisant un large éventail de méthodes (observationnelles, expérimentales…). Ces études ont examiné, chez des personnes reconnues pour leur sagesse ainsi que chez des personnes de la population générale, les réflexions axées sur les émotions, les défis émotionnels quotidiens, les réflexions personnelles sur les conflits interpersonnels et le raisonnement sur les défis géopolitiques.

   « La capacité d'une personne de reconnaître la diversité de l'expérience émotionnelle peut non seulement favoriser sa santé physique et mentale, mais aussi lui permettre de raisonner avec plus de sagesse », concluent Grossmann et ses collègues¨...  ( Voir l'article au complet )

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2019-02-02/emotions-sagesse

Pégé 

Posté par fricot à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 juin 19

Sclérose en plaques : une maladie neurologique !

Salut à tous,

Du site France.Tv : La Sclérose en plaques est une maladie inflammatoire qui atteint le cerveau et la moelle épinière. Pour une raison mal connue, nos propres cellules de défense s'attaquent aux circuits nerveux.  

   ¨ Le cerveau est constitué de milliards de neurones connectés en réseaux. Chaque neurone est composé d'une tête en forme d'étoile, c'est le corps de la cellul

73-sclerose_en_plaques   Ce qui contient le noyau. Des filaments courts permettent au neurone de recevoir l'influx nerveux, qui le transmettra à son tour à un autre neurone par l'intermédiaire de l'axone. Cet axone est protégé par une gaine constituée de gras : la myéline. C'est elle qui permet la bonne transmission de l'influx nerveux.

   Dans la sclérose en plaques, cette gaine de myéline est attaquée et détruite par nos propres cellules de défense pour une raison non déterminée. Elles déclenchent une réaction inflammatoire et libèrent des substances qui attaquent directement la myéline. Ce qui laisse des zones sans myéline en forme de plaques à différents endroits, d'où le nom de la maladie.

   La conduction nerveuse est interrompue et des handicaps surviennent. Selon la localisation des atteintes, les signes de la maladie sont différents. Il peut s'agir de troubles sensitifs comme des engourdissements, des fourmillements des membres mais aussi des troubles moteurs, notamment des faiblesses musculaires et des paralysies.

Traitements et essais cliniques : le choix des patients !

   l'hôpital La Pitié-Salpêtrière à Paris, une nouvelle étude clinique est organisée pour tester un traitement contre l'inflammation, sur des malades atteints de sclérose en plaques. Les essais thérapeutiques doivent durer trois ans et le choix des patients qui vont participer est très sélectif. Même si l'on ne guérit toujours pas la maladie, ces quinze dernières années, la recherche a fait d'énormes progrès dans la lutte contre la maladie.

   Le suivi des malades se fait sur plusieurs niveaux, dans le cadre de consultations multidisciplinaires associant neurologues, kinésithérapeutes, psychologues et d'autres médecins en fonction des troubles.

   Le traitement des symptômes se fait grâce à des médicaments, celui des poussées, pour lequel on utilise des corticoïdes à haute dose sur une courte période, avec une efficacité peu durable, et qui entraînent beaucoup d'effets secondaires. Le traitement symptômatique diminue l'intensité des symptômes. Enfin, le traitement de fond a pour but de diminuer la fréquence des poussées et de ralentir l'évolution de la maladie¨...

https://www.allodocteurs.fr/maladies/cerveau-et-neurologie/sclerose-en-plaques/sclerose-en-plaques-une-maladie-neurologique_73.html

Pégé 

Posté par fricot à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mai 19

CRISPR: les deux pieds sur le frein !

Salut à tous,

Du site Québec Science : Avons-nous besoin d’un moratoire mondial sur l’édition génétique de l’être humain ? 

crispr-vigg   ¨ L’idée de changer le génome non seulement d’un individu, mais aussi de générations futures relevait de la science-fiction il n’y a pas si longtemps. Or, elle est maintenant à nos portes, ce qui amène bien des chercheurs et éthiciens à appliquer les freins. Avons-nous besoin d’un moratoire mondial sur l’édition génétique de l’être humain?

   C’est la technique CRISPR-Cas9 qui nous a menés au point où nous en sommes parce qu’elle permet de modifier l’ADN (humain ou autre) avec une précision inédite. Et c’est un chercheur chinois, He Jiankui, qui a mis le feu aux poudres à l’automne 2018, lorsqu’il a annoncé avoir modifié le génome de deux bébés humains afin de désactiver un gène, le dénommé CCR5, d’une manière qui devrait les protéger contre le VIH.

   Depuis, les chercheurs sont divisés. Les uns demandent un moratoire mondial sur l’édition génétique héritable. Les autres craignent que le mot moratoire vienne cimenter les inquiétudes existantes et qu’une fois adoptée une interdiction soit difficile à lever ce qui nuirait à la recherche et aux applications bénéfiques de CRISPR. Même les deux «mères» de la technologie sont en désaccord sur ce point : la Française Emmanuelle Charpentier a cosigné une lettre ouverte publiée en mars dernier dans Nature réclamant un moratoire, alors que l’Américaine Jennifer Doudna se déclare contre.

   Le fait est qu’il est déjà interdit d’aller «jouer» dans les gènes de cellules reproductrices humaines dans à peu près tous les pays qui en ont la capacité technique. Au Canada, par exemple, l’article 5 de la Loi sur la procréation assistée et la recherche connexe dit clairement que «nul ne peut sciemment […] modifier le génome d’une cellule d’un être humain ou d’un embryon in vitro de manière à rendre la modification transmissible aux descendants».

   À la fin des années 1990, nombre de pays européens ont adhéré à la convention d’Oviedo, qui est légalement contraignante et dont l’article 13 ne permet la modification du génome humain que pour «des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance». Et ceux qui ne l’ont pas paraphée ne voient pas la chose d’un bon œil pour autant l’Allemagne n’est pas signataire, mais considère qu’il s’agit d’un crime passible de cinq ans d’emprisonnement.

   Tant mieux, car il y a plusieurs excellentes raisons de vouloir avancer avec une grande prudence dans cette voie. Pour l’heure, la technologie CRISPR-Cas9 ne semble pas encore tout à fait au point, introduisant parfois des mutations non voulues il n’est pas clair que ces dernières soient néfastes, mais il faudra y voir.

   Chaque gène peut remplir plusieurs fonctions à la fois, si bien que, en corrigeant un problème, on peut en créer un autre. C’est d’ailleurs le cas de CCR5, dont la désactivation peut prémunir contre le VIH, certes, mais en même temps accroître le risque de complication des autres virus, comme l’influenza. Comme nous sommes encore loin de comprendre entièrement le ou les rôles de chacun de nos quelque 20 000 gènes (sans compter leurs interactions ainsi que les fonctions des autres portions du génome), c’est un point majeur. Et il y a aussi l’utilisation de CRISPR non pas pour guérir, mais pour «améliorer» le bébé à naître (le rendre plus fort, plus intelligent, etc.) qui soulève de très lourdes questions éthiques¨...

( voir l'article au complet )

https://www.quebecscience.qc.ca/jean-francois-cliche/crispr-deux-pieds-frein/

Pégé

Posté par fricot à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mai 19

Carence en vitamine B12 : Symptômes nombreux !

Salut à tous,

Du site Psychomédia : Environ 20 % des personnes de plus de 60 ans ont un faible taux de vitamine B12, mais plusieurs l'ignorent !

   ¨ La vitamine B12 est nécessaire pour la production des globules rouges, l'élaboration du système nerveux et de l'ADN, de sorte que les effets d'une carence peuvent se manifester de plusieurs façons.  

39639-67470-image   Selon le Dr Joshua Miller, de l'Université Rutgers, les médecins ne pensent pas toujours à la vitamine B12 lorsqu'un patient présente les symptômes. Mais s'ils ne sont pas détectés à temps, certains peuvent être irréversibles.

   Une raison est que les symptômes - fatigue, faiblesse, essoufflement, constipation, picotements et engourdissements dans les pieds et/ou les mains, perte de mémoire, désorientation, paranoïa et irritabilité - peuvent être causés par plusieurs conditions de santé. Les symptômes peuvent aussi se développer avec le temps, et les personnes qui manquent de B12 n'en présentent que quelques-uns.

Plusieurs causes de carence !

   Le fait de ne pas consommer suffisamment de B12 dans l'alimentation - le besoin est de 2,4 microgrammes par jour - est évidemment l'une des raisons pour lesquelles les gens deviennent carencés. La B12 se trouve naturellement dans les produits d'origine animale - produits laitiers, viande, poisson et œufs. Les végétaliens et les végétariens, ainsi que ceux qui ont réduit leur consommation d'aliments d'origine animale, peuvent ne pas parvenir à avoir des apports suffisants.

  La metformine, un médicament contre le diabète de type 2, et les régulateurs de l'acidité comme l'oméprazole (Prilosec) et la ranitidine (Zantac) peuvent également interférer avec l'absorption de la B12. (Les médicaments anti-reflux acide liés à une carence en vitamine B12 [fatigue, faiblesse...])

   Les personnes atteintes de la maladie cœliaque ou de la maladie de Crohn ou celles qui ont subi une chirurgie d'amaigrissement peuvent moins bien absorber la B12 ; elles ont besoin d'un supplément à dose élevée à vie, indique le magazine¨... ( Voir l'article au complet )

http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2019-05-13/carence-vitamine-b12

Pégé 

Posté par fricot à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


12 mai 19

Syndrome d’épuisement professionnel : Reprendre le travail...

Salut à tous,

Du site The Conversation : La dépression, en lien avec un stress chronique et parfois aigu, se traduit par une grande fatigue émotionnelle, un cynisme vis-à-vis de son activité et une dilution du sentiment d’accomplissement au travail.  

file-20190502-103057-4nlw73   ¨ Le syndrome d’épuisement professionnel se manifeste en conséquence à la fois par une érosion de l’engagement (en réaction à l’épuisement), une érosion des sentiments (à mesure que le cynisme s’installe) et une érosion de l’adéquation entre le poste et le travailleur (vécu comme une crise personnelle).

La dépression est donc étroitement lié à un processus émotionnel, ce qui implique d’analyser le cheminement vers le retour à la vie professionnelle au prisme de ces émotions. Dès qu’il survient se met en effet en place un dispositif, inconscient ou non, de protection – psychologique et psychique – par rapport à un lieu de travail considéré comme toxique.

   L’adaptation à la gestion d'entreprise du modèle théorique de la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross sur le processus de deuil est à ce sujet particulièrement éclairant. Si l’on reprend ce modèle par analogie, la période de la dépression correspond aux sept premières étapes.

Des étapes identiques à celles du deuil !

   La première étape, c’est le choc. On arrive à un état physique où, quasiment, le corps ne fonctionne plus, ne répond plus. La personne vit un trop-plein vis-à-vis de son travail, une situation ressentie comme très violente.

   Vient ensuite la deuxième étape, celle du déni. C’est une caractéristique des gens victimes d'épuisement professionnel : les signaux qui indiquent le surmenage ne sont pas entendus, on ne veut pas voir que cela ne va pas malgré l’épuisement caractérisé. C’est là que la personne s’effondre – et ne peut plus faire grand-chose à ce stade, impuissante et dépourvue du moindre contrôle sur les évènements.

   Une phase plus ou moins longue de repos est alors nécessaire, au cours de laquelle apparaît – troisième étape – la colère. La colère est une émotion de réparation face à un préjudice, une frustration ou une injustice. On prend ici conscience du fond jusqu’auquel on est descendu, on est en colère contre tout – son travail, son employeur, l’organisation –, on a le sentiment qu’on n’a pas été respecté...

Un travail sur soi avant de reprendre le travail !

   Reprendre le travail implique donc de ne pas revenir trop vite, d’avoir fait cette traversée, pris un vrai recul et fait un travail sur soi pour comprendre ce qui nous est arrivé. C’est ce qui permet d’aborder les étapes suivantes, si l’on poursuit le parallèle avec la courbe du deuil, de l’acception à la sérénité qui permet d’envisager de nouveaux projets.

   Pour aborder la reprise du travail de façon la plus sereine possible, il faut au moins s’être interrogé sur tous ces facteurs et les avoir fait résonner dans sa propre expérience. Par exemple : comment puis-je gérer autrement ma charge de travail ? Ou alors, ai-je besoin de signes de reconnaissance explicites ? Que puis-je faire pour en recevoir ? ...   ( Voir l'article au complet )

https://theconversation.com/reprendre-le-travail-apres-un-burn-out-un-long-cheminement-emotionnel-116459

Pégé

Posté par fricot à 06:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 19

SANTÉ : 10 maladies rares bien étranges !

Salut à tous,

Du site Sympatico : Entre les désordres génétiques et les troubles psychologiques, existe une panoplie de maladies aussi inquiétantes que fascinantes. Du syndrome  du loup-garou en passant par la fibrodysplasie, voici 10 maladies rares, étranges, et certainement dignes de vos pires cauchemars.   

Petite-fille-souffrant-du-xeroderma-pigmentosum-une-maladie-d-origine-genetique-rare

   ¨ Hypertrichose ou le syndrome du loup-garou !

   L'hypertrichose est loin d’être la maladie la plus douloureuse, mais elle n’en demeure pas moins l’une des plus «handicapantes». Comme vous l’aurez peut-être deviné, les sujets qui en souffrent ont une pilosité forte et littéralement envahissante.

Causée par un déréglement hormonal, des facteurs génétiques ou encore par la prise de certains médicaments, cette condition peut affecter autant les femmes que les hommes. Parmi les cas les plus connus, celui de Pedro Gonzales, l’inspiration derrière la célèbre bête de La Belle et la Bête… 

Syndrome de la main étrangère !

    Le syndrome de la main étrangère est un désordre neurologique très rare pouvant survenir suite à une lésion ou tumeur au cerveau.

   Comme son nom l'indique, les personnes qui en souffrent perdent le contrôle de l’une de leurs mains. La main en question semble en effet agir sous la volonté de quelqu’un d’autre... Cette main s’en prend d’ailleurs bien souvent au patient lui-même.

La progéria ou le vieillissement précoce !

    La progéria est une maladie génétique extrêmement rare touchant les enfants dès la naissance. Se manifestant d’abord avec un retardement dans la croissance, s’en suit un vieillissement accéléré - perte de cheveux,  vieillissement de la peau (rides, fragilisation), athérosclérose, problèmes cardiovasculaires, etc. L’espérance de vie moyenne de vie pour les enfants qui en sont atteints est de 15 ans.

   Cette vidéo présente une conférence de Sam Berns, lui-même atteint de progéria. Il est décédé à 17 ans.

L'éléphantiasis !

    L'éléphantiasis, ou filariose lymphatique, est une maladie associée à Joseph Merrick ou Elephant Man, quoique celui-ci souffrait en réalité d’une autre maladie, le syndrome de Protée.

   Le principal symptôme de l’éléphantiasis est celui d’une augmentation
excessive du volume d'un membre ou d'une partie du corps causée par un œdème. Si elle touchait plus de 120 millions de personnes en 2007, elle pourrait être éradiquée d’ici 2020¨...   ( Voir l'article au complet )

http://www.sympatico.ca/actualites/insolite/maladies-rares-et-etranges-1.1610770

Pégé 

 

Posté par fricot à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 avr. 19

Le mal de ventre !

Salut à tous,

Du site Naître et Grandir : Les enfants se plaignent souvent d’avoir mal au ventre. C’est d’ailleurs une raison fréquente de consultation médicale. Voici les différentes causes qui peuvent être à l’origine d’un mal de ventre, les symptômes à surveiller et les moyens de soulager votre enfant.     

mal-de-ventre

¨Cause : Constipation !

Symptômes :

Votre tout-petit va moins souvent à la toilette, ses selles sont dures et sèches. Il a mal au ventre et parfois mal à l’anus lorsqu’il fait caca. La constipation est une cause fréquente des maux de ventre chez l’enfant.

Traitements :

  • Faites boire beaucoup votre enfant, en lui donnant surtout de l’eau pour favoriser sa digestion et l’aider à aller à la toilette.
  • Offrez-lui des aliments riches en fibres, comme des fruits, des légumes, des céréales et du pain de grains entiers. Un mélange d’une quantité égale de jus de pruneau et d’eau peut également l’aider (ne lui offrez pas plus de 125 ml de jus par jour).
  • Pour diminuer la douleur, déposez un sac chaud sur son ventre.
  • Consultez un médecin si votre enfant est constipé depuis plus d’une semaine, s’il y a du sang dans ses selles, s’il a très mal au ventre et s’il vomit.

Cause : Gastroantérite !

Sumptômes :

Votre enfant se plaint soudainement d’un mal de ventre. Il a aussi mal au cœur, il vomit et il souffre de diarrhée. Cette inflammation du système digestif est plus souvent causée par un virus et dure de 3 à 5 jours.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche sur la gastroentérite.

Traitements :

- Assurez-vous que votre enfant ne se déshydrate pas. S’il vomit beaucoup ou a de fortes diarrhées, offrez-lui des solutions d’hydratation du commerce. Faites-lui en boire de petites doses à intervalles rapprochés. Certains probiotiques peuvent aussi réduire la durée de la diarrhée et rétablir l’équilibre de la flore intestinale.
- Consultez un médecin si votre enfant vomit plus que 6 ou 7 fois par jour, s’il a une forte fièvre, s’il souffre toujours de diarrhée après 7 jours et s’il montre des signes de déshydratation (diminution des urines, bouche sèche, salive épaisse)¨...  ( Voir l'article au complet )
https://naitreetgrandir.com/fr/mauxenfants/sante/fiche.aspx?doc=mal-de-ventre&fbclid=IwAR02QrTcNQq6adhFZk7IdCzV-P69uY7Aq6jYPoAOCE4hRAKfrn2MYmBxup0
Pégé 

Posté par fricot à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 avr. 19

Anxiété: le drame des toujours-inquiets !

Salut à tous,

Du site Québec Science : Quand ça va mal, ils s’inquiètent; quand ça va bien, ils s’inquiètent aussi. Que se passe-t-il donc dans la tête des anxieux ?   

20160215141849-anxieteqsmars2016page1   ¨ Elle n’a lâché prise qu’une fraction de seconde. Juste assez pour que son ballon gonflé à l’hélium glisse de ses petits doigts d’enfant de quatre ans et s’envole. Plus il s’éloigne, plus grossit la boule d’angoisse dans son ventre à elle. «C’était la fin du monde. J’ai fait une crise monumentale, des heures durant», se souvient Émilie Sarah Caravecchia. Elle venait d’affronter son premier épisode d’anxiété.

   Dans la vingtaine, ce n’est plus un ballon qu’elle craint de perdre, mais la tête. Elle s’inquiète alors, à outrance, pour tout et pour rien. Pour ses relations, ses finances, son appartement qui pourrait brûler, etc. Elle essaie toutes sortes d’astuces pour apaiser ses angoisses, dont le yoga.

   «Pire erreur! Moi, toute seule dans ma tête? Le petit hamster qui s’agite dans mon crâne a juste plus de temps pour penser à tout ce qui pourrait arriver de terrible.» Puis elle reçoit un diagnostic de trouble d’anxiété généralisée. Cela signifie que son bouton d’alarme intérieur est ultra sensible.

Anxiété nécessaire !

   En réalité, cependant, tout le monde doit composer avec l’anxiété. «Elle est même nécessaire à notre survie», affirme Camillo Zacchia, conseiller principal au Bureau d’éducation en santé mentale de l’Institut Douglas, à Montréal.

   Lui, bien calé dans son fauteuil, semble au contraire très relax. «Celui qui n’est pas assez anxieux, poursuit-il, va conduire de façon imprudente. Celui qui l’est de façon normale va respecter les limites de vitesse. Celui qui l’est trop ne conduit plus: il est mort de peur. L’anxiété est une alliée, il faut seulement la maintenir en équilibre.»

   Ainsi en est-il du cas d’une des rares personnes sur la planète qui n’éprouve jamais de peur ni d’anxiété; son nom de code est SM et des chercheurs la suivent depuis une vingtaine d’années.

   Cette citoyenne des États-Unis est atteinte de la maladie d’Urbach-Wiethe, une affection qui a entraîné dans son cerveau une calcification complète de l’amygdale, une structure au centre du processus de décodage des menaces dans l’environnement. SM mène une vie pratiquement normale, si on exclut le fait qu’elle s’aventure sans crainte dans des quartiers extrêmement dangereux, au point qu’elle a été attaquée et menacée de mort à quatre reprises.

Symptômes étonnants !

   L’anxiété est constituée de composantes cognitives (les pensées négatives, voire catastrophistes), comportementales (l’évitement de ce qui fait peur) et physiologiques (le travail de décodage de la menace). Le hic, c’est que, une fois achevée la préparation du corps, l’anxieux ne peut généralement ni fuir ni attaquer, car la menace n’est pas réelle.

   De plus, les symptômes provoqués par l’activation physiologique de la réaction combat-fuite sont plutôt dérangeants: vision embrouillée, étourdissements, impression d’irréalité, vertige, sécheresse buccale, essouffle­ment, palpitations cardiaques, problèmes gastriques, transpiration, refroidissement ou moiteur des mains, tensions musculaires, lourdeur des jambes, tremblements, refroidissement ou en­gour­­dissement des pieds¨...

( Voir l'article au complet )

https://www.quebecscience.qc.ca/sante/anxiete-le-drame-des-toujours-inquiets/

Pégé

Posté par fricot à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avr. 19

Mieux dépister la DMLA !

Salut à tous,

Du site AlloDocteurs.fr : La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge (DMLA) est la première cause de malvoyance chez les plus de 50 ans. Selon l'association DMLA, un million de personnes seraient concernées en France. Comment en reconnaître les signes ? Quels sont les progrès pour soigner cette maladie ?   

Qu'est-ce que le DMLA ?

   ¨ DMLA, quatre lettres pour désigner la Dégénérescence Maculaire Liée à l'Âge. Les symptômes les plus fréquents de cette pathologie de la rétine sont la baisse de l'acuité visuelle, les lignes droites qui se déforment ou encore l'apparition d'une tache noire au centre de la vision.

Les symptômes à surveiller

959-oeil9- une déformation des lignes droites.

- une baisse d'acuiité visuelle.

- une tache noire au centre de la rétine.

Une consultation rapide s'impose alors.

   La DMLA survient principalement chez les personnes de plus de 50 ans. Après 75 ans, une personne sur quatre souffre de la DMLA. Ce vieillissement de la macula est la première cause de handicap visuel après 55 ans.

    La macula correspond à une petite zone au centre de la rétine et qui n'occupe en réalité que 2 à 3% de la surface totale. Pourtant, à elle seule, la macula transmet 90% de l'information visuelle, car elle est riche en photorécepteurs des cellules de la vision capables de capter les différents rayons lumineux. Ces photorécepteurs sont de deux sortes : les cônes, spécialisés dans la vision des couleurs, et les bâtonnets spécialisés dans la vision nocturne.

   Grâce aux nombreux photorécepteurs au niveau de la macula, cette zone perçoit extrêmement bien les détails. C'est ce qui explique que lorsque les photorécepteurs de la macula dégénèrent, l'acuité visuelle baisse.

Le diagnostic de la DMLA !

  Pour diagnostiquer la DMLA, il faut observer l'oeil de très près et notamment les différentes couches de la rétine. Certains examens permettent de définir précisément le type de DMLA concerné pour mettre en place un traitement adapté¨... ( Voir l'article au complet )

https://www.allodocteurs.fr/maladies/yeux/dmla/mieux-depister-la-dmla_959.html

Pégé 

.

Posté par fricot à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,