Pégé...Actualités en santé, mentale et autres !

21 mars 20

Quoi manger pour renforcer son système immunitaire ?

Salut à tous,

Du site Huffpost-Québec : Vous avez beau rester en isolement, garder un mètre de distance avec tout être vivant, il y a quelques petits gestes nutritionnels simples que vous pouvez ajouter à votre routine pour renforcer votre système immunitaire dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

¨ Chercher les bons nutriments (et varier les aliments) ! 

   C’est loin d’être nouveau : plus vous variez le contenu de votre assiette, plus de nutriments essentiels différents vous ingérez.

   «Certains nutriments spécifiques jouent un rôle plus important que d’autres sur les fonctions du système immunitaire. C’est le cas notamment des vitamines A, C, D et E ainsi que des minéraux Sélénium et Zinc», affirme la célèbre nutritionniste Isabelle Huot.

Ainsi, on peut retrouver lesdits nutriments dans les aliments suivants :

  • Vitamine A : courge, carottes, patate douce, papaye
  • Vitamine C : agrumes, fraises, chou, brocoli, pomme de terre
  • Vitamine E : huiles de Caméline, noix, graines
  • Sélénium : noix du Brésil, fruits de mer
  • Zinc : Légumineuses, noix

Pour ce qui est de la vitamine D, vous pouvez aller marcher à l’extérieur et profitez des rayons du printemps qui se réchauffent ou consommez un supplément de 1000 UI par jour.

Combler ses besoins en protéines !

Un manque de protéines a non seulement tendance à affecter la masse musculaire précieuse, mais également affaiblir le système immunitaire. Une dénutrition protéique peut se traduire par la perte de lymphocytes, de puissants soldats dans la guerre aux microbes, comme l’indique le gastroentérologue Daniel Rigaud.

Selon Isabelle Huot, chaque repas devrait contenir au moins 15 g de portéines.

Éviter les carences !

Couper complètement une source nutritionnelle n’est jamais une bonne idée. Oui, le corps peut s’adapter, mais il ne fonctionnera pas à son plein rendement, affaiblissant sa réponse immunitaire. ( Voir la suite du texte )

https://quebec.huffingtonpost.ca/entry/systeme-immunitaire-nutrition_qc_5e74e7a4c5b63c3b648f4c59?ncid=tweetlnkcahpmg00000011

Pégé

Posté par fricot à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 mars 20

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau !

Salut à tous,

Du site Slate.fr : Le cerveau n'a pas de récepteurs de la douleur, ce qui permet des opérations chirurgicales spectaculaires. Mais s'il ne ressent aucune douleur lui-même, il perçoit néanmoins toute la douleur du corps.  

bret-kavanaugh-_af0_qah4k4-unsplash¨  Le 18 février, l'hôpital du King's College, à Londres, a annoncé qu'une patiente atteinte d'un gliome de grade II a joué du violon pendant que les chirurgiens extrayaient la tumeur de son cerveau. Cette procédure surprenante est rendue possible par le fait que le cerveau ne possède pas de récepteurs de la douleur. Ce qui ne signifie pas forcément qu'il n'en ressent aucune.

   Le cerveau n'a pas de nocicepteurs –les nerfs qui détectent les dommages ou (menace de dommages) subis par notre corps et qui signalent la situation à notre moelle épinière et à notre cerveau. En conséquence, la croyance que ce dernier ne ressent aucune douleur a pris forme, jusqu'à entrer dans la culture populaire.

Mais si le cerveau ne ressent aucune douleur, qu'est-ce qui cause les maux de tête ?

  Bien que le cerveau n'ait pas de nocicepteurs, beaucoup d'autres structures à l'intérieur de notre tête en ont, notamment les vaisseaux sanguins, les muscles et les nerfs du cou, du visage et du cuir chevelu. Ce sont des problèmes rencontrés par ces structures qui causent les maux de tête.

   La douleur ressentie lorsque l'on mange une glace semble être causée par des changements soudains du flux sanguin dans les veines qui se trouvent entre le fond de la gorge et le cerveau. La déshydratation, quant à elle, provoque des céphalées en irritant les vaisseaux sanguins de la tête. C'est une des raisons des maux de crâne palpitants des lendemains de fêtes un peu trop alcoolisées...

  L'origine de la douleur ressentie durant une migraine n'est pas encore bien comprise, mais on pense qu'elle résulte de l'activation de nocicepteurs situés dans les méninges –les membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière comme de la cellophane. La cause de cette activation n'est cependant pas encore claire.

   Même si le cerveau n'a pas de nocicepteurs, un mal de tête peut être le signe qu'il rencontre un problème. Les maux prolongés qui ne répondent pas aux médicaments ou qui sont soudains et extraordinairement sévères peuvent être des signes d'une grave anomalie au cerveau, comme une tumeur, une hémorragie ou une infection¨...   ( Voir l'article au complet )

http://www.slate.fr/story/187686/cerveau-pas-ressentir-douleur-maux-tete?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1582220072

Pégé

Posté par fricot à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mars 20

Qu'est-ce qu'un virus, un coronavirus et une bactérie ?

Salut à tous,

Du site Psychomédia :  

¨ Les virus !
40053-68856-image

   Les virus sont des agents infectieux microscopiques constitués de matériel génétique (ADN ou ARN) entouré d'une enveloppe protectrice.

   Les virus ne peuvent se reproduire qu’au sein de cellules hôtes (cellules infectées).

  Ne possédant aucun système pour assurer leur propre réplication, ils utilisent les ressources des cellules qu'ils parasitent. Pour cette raison, ils sont généralement considérés comme n'étant pas vivants.

  Les médicaments contre les virus !

   Les vaccins préviennent les infections virales en provoquant la production d'anticorps qui s'attaquent aux virus et les éliminent. Les médicaments antiviraux réduisent la capacité de certains virus de s'infiltrer dans les cellules pour s'y reproduire. Les antibiotiques ne sont pas utiles contre les virus.

Les coronavirus !

   Les coronavirus sont une famille de virus qui provoque des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus) à des pathologies sévères comme le MERS (épidémie au Moyen-Orient, 2012-2013) ou le SRAS (épidémie en Chine, 2002-2003).

   Le virus à l'origine de l'épidémie 2019-2020 en Chine, appelé Covid-19 (précédemment 2019-nCov) est un nouveau coronavirus.

Les norovirus !

  Les norovirus sont un groupe de virus qui provoquent la gastro-entérite, une maladie généralement accompagnée d'une diarrhée et/ou de vomissements. La gastro-entérite est souvent appelée grippe, même si elle n'a aucun lien avec le virus de la grippe, lequel cause une maladie des voies respiratoires.

Les bactéries

À la différence des virus, les bactéries sont des micro-organismes vivants constitués généralement d'une seule cellule sans noyau. Elles sont capables de se reproduire par division cellulaire¨... ( Voir l'article au complet )

  http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2020-01-25/virus-coronavirus-bacteries-definitions

Pégé

Posté par fricot à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 févr. 20

Comment les cicatrices se forment-elles ?

Salut à tous,

Du site Trust My Science : La cicatrisation est un processus physiologique de première importance, car elle permet d’éviter infections et hémorragies. Dans le modèle biomédical actuel, la cicatrisation se fait par le recrutement de fibroblastes dermiques sur le site de la lésion et par le colmatage via l’injection de matrice extra-cellulaire. Cependant, cette assertion concernant l’origine des fibroblastes serait erronée. C’est ce qu’a récemment démontré une équipe de biologistes en découvrant qu’en réalité, les fibroblastes impliqués proviennent du fascia. Une découverte qui pourrait considérablement améliorer les traitements en médecine régénérative.  

¨ La cicatrisation anormale peut constituer une menace sérieuse entraînant des plaies chroniques non cicatrisantes ou une fibrose. Les cicatrices se forment lorsque les fibroblastes, un type de cellules du tissu conjonctif, atteignent la lésion et déposent des bouchons de matrice extracellulaire. Jusqu’à aujourd’hui, la question de l’origine anatomique exacte de ces fibroblastes n’était pas résolue.

  Le fascia : à l’origine des fibroblastes impliqués dans la cicatrisation

   Pour ce faire, ils ont eu recours à diverses techniques, notamment le traçage génétique, la cartographie du devenir anatomique et l’ablation génétique, méthode qui conduit à l’apoptose (la mort cellulaire programmée). Cela a désactivé les fibroblastes du fascia. Dès lors, aucune matrice n’était incorporée dans les plaies et  seules des cicatrices anormales et présentant des inconvénients majeurs se formaient.

Des résultats en contradiction avec les modèles actuels de cicatrisation

Ces nouveaux résultats, publiés dans la revue Nature, sont importants dans le contexte de la garantie de la survie chez les mammifères, car les lésions cicatricielles induisent une réponse tissulaire fibreuse universelle qui colmate rapidement les plaies avec des cicatrices — et empêche ainsi l’infection et le saignement potentiellement mortel.

Vers de nouveaux protocoles plus performants en médecine régénérative

Savoir que le fascia est à l’origine des cicatrices et découvrir de nouveaux mécanismes de réparation des plaies offrent un nouvel espace thérapeutique permettant de réduire les réponses fibrotiques pathologiques et d’induire une guérison régénérative plus efficace dans divers contextes médicaux¨...

( Voir l'article au complet )

https://trustmyscience.com/comment-cicatrices-se-forment/

Pégé

Posté par fricot à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 févr. 20

Les mythes de la maladie de Parkinson !

Salut à tous,

Du site Le Quotidien : En tant que docteur en science neurologique, j'ai souvent constaté que la maladie de Parkinson demeure très mal connue. Qu'en est-il au juste ? Pour des raisons obscures, certaines cellules du cerveau ne produisent plus suffisamment de dopamine pour que les mouvements physiques gardent leur régularité. Il est vrai que les causes de cette maladie restent vagues et les chercheurs montrent du doigt l'environnement, l'exposition aux pesticides, certaines anomalies génétiques, le vieillissement rapide des neurones, le stress, etc. Mais, si l'énigme reste à résoudre, certains mythes subsistent toujours.  

¨ Mythe no 1:

Le Parkinson est une maladie du vieillissement.

Faux. Des symptômes précoces peuvent se manifester 10 à 20 ans avant le diagnostic : dépression, perte progressive de l'olfaction, constipation. De plus, 5 à 10 % des personnes affectées sont diagnostiquées avant 40 ans. Un pour cent de la population est atteinte entre 50 et 60 ans et 4 à 5 % vers 80 ans.resize

Mythe no 2:

Les tremblements touchent tous les parkinsoniens.

Faux. Le symptôme moteur le plus clairement associé à la maladie est certainement le tremblement des membres. Socialement, ce symptôme est le plus dérangeant, mais demeure le moins invalidant. Or, on estime que 30 à 65% des personnes atteintes trembleront. le tremblement apparait d'un côté, souvent à la main, mais peut atteindre la jambe, la mâchoire inférieure et plus rarement la tête.

   D'autres symptômes existent et sont tout aussi importants, tels que la lenteur des mouvements, la rigidité, les problèmes d'équilibre, le syndromedes jambes sans repos, la difficulté à avaler, l'écriture qui rapetisse et devient illisible. Et ici, nous ne parlons que des symptômes moteurs, alors qu'il en existe aussi plusieurs dits non moteurs tels que les troubles du sommeil, les problèmes de vessie, les sensations de faiblesse, la douleur, les hallucinations et délires, les nausées, l'anxiété et de nombreux autres. Au moins 50 symptômes ont été répertoriés jusqu'ici¨...

https://www.lequotidien.com/la-vitrine/les-mythes-de-la-maladie-de-parkinson-1f7f526213bf44a2341e24cd152f7e66

À lire également :

https://www.lequotidien.com/actualites/le-fil-groupe-capitales-medias/des-soins-et-un-hebergement-force-pour-une-dame-agee-souffrant-de-parkinson-52571c55840b44c02abc41516ccf6304

Pégé

Posté par fricot à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 févr. 20

Schizophrénie: des scientifiques se penchent enfin sur des génomes africains !

Salut à tous,xhosa-settlement-1200

Du site Québec Science : L’étude du génome d’un peuple d’Afrique du Sud jette un nouvel éclairage sur les causes génétiques de la schizophrénie.  

¨  La majorité des études sur la schizophrénie scrutent le bagage génétique des populations européennes et asiatiques. Bien peu se penchent sur les populations africaines, chez lesquelles on trouve pourtant la plus grande diversité génétique humaine.

   Pour combler ce vide, des chercheurs américains et sud-africains, dont Mary-Claire King, qui nous avait déjà accordé une entrevue, ont mené une analyse génétique chez 1800 personnes issues du peuple Xhosa d’Afrique du Sud.

   Pourquoi ce choix? «Près de 99% de l’évolution humaine a eu lieu en Afrique, après l’apparition des premiers humains modernes et avant que ceux-ci ne migrent vers l’Europe et l’Asie il y a 50 000 à 100 000 ans», rappelle l’article publié dans Science. «Étant donné que seul un petit nombre d’individus ont migré, un très grand nombre d’allèles (NDLR, de variants génétiques) sont restés sur le continent africain.»

   S’il n’y a pas de cause génétique simple expliquant la schizophrénie, une maladie qui touche environ 1% de la population mondiale, de nombreux gènes ont été associés à une augmentation des risques de développer la maladie. L’article permet donc d’apporter un regard plus complet sur ces variations génétiques.

Repérer les gènes impliqués dans la maladie !

   L’étude a porté sur les génomes de 909 individus souffrant de schizophrénie depuis au moins deux ans, s’identifiant comme appartenant aux Xhosas et âgés de 21 à 54 ans. À des fins de comparaison, le groupe contrôle comprenait 917 individus de même origine, mais qui ne souffraient pas de maladie mentale.

   Les personnes atteintes de schizophrénie étaient plus susceptibles de posséder des mutations génétiques rares et dommageables affectant le développement du cerveau que ceux du groupe contrôle. Ces mutations génétiques touchent particulièrement les gènes impliqués dans le fonctionnement des synapses du cerveau. « Chaque individu affecté arborait une ou plusieurs mutations dans ces gènes », précise l’article.

  En comparant ces résultats à ceux obtenus chez des Européens – grâce à des données suédoise portant sur 4 436 personnes souffrant de schizophrénie et 5 713 individus contrôles -, les chercheurs ont trouvé un portrait génétique similaire.

  Bien que ces résultats ne permettent pas de trouver un traitement immédiat contre la maladie, les chercheurs soulignent que «la grande variation génétique en Afrique permet de détecter plus facilement les relations entre gènes et phénotype (NDLR, c’est-à-dire ici les symptômes)». Cette étude confirme que le développement de la schizophrénie est dû à des perturbations de la signalisation au niveau des synapses et de la plasticité neuronale¨.

https://www.quebecscience.qc.ca/sante/decouvrir-origine-schizophrenie/

Pégé

Posté par fricot à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janv. 20

Sommeil : une histoire d’ado ?

Salut à tous,

Du site Filsantéjeunesse.com : Paupières lourdes, fatigué, ronchon… Tu luttes pour ne pas finir le nez dans ton bol de céréales le matin et les cours deviennent soudain l’activité la plus soporifique du monde. Nombreux sont les signes du manque de sommeil !  

sommeil-2020-300x200¨  A croire que Morphée (dieu des rêves et du sommeil) est parti en vacances ! Mais alors, comment s’expliquent ces difficultés à t’endormir ? Quels sont les petits trucs et astuces à appliquer pour te faciliter la tâche ? Installe-toi bien confortablement, décollage imminent pour le pays des songes !

Dormir…mais pour quoi faire ?

Dormir est indispensable à ton équilibre psychologique et physique. Pendant ton sommeil, l’activité de ton cerveau change et lui permet d’effectuer toutes les tâches dont il doit s’occuper : récupération musculaire, stockage de tout ce que tu as appris au cours de ta journée… C’est du boulot tout ça !! De plus, la période de pleine croissance que tu traverses demande de l’énergie. Bien dormir contribue au bon développement cérébral. Le sommeil fait partie de nos besoins fondamentaux !

La durée du sommeil : petite nuit ou grasse mat’ ?

Chaque personne a des besoins différents. Certains vont dormir beaucoup, d’autres moins. On peut parler d’une bonne nuit de sommeil quand tu as réussi à dormir environ 8h (attention pour les moins de 14 ans ce sera plutôt un minimum de 9 heures). Ne pas t’endormir trop tard est également important. Alors, quand tes yeux fatigués te font signe que c’est l’heure, inutile d’attendre. Et même si tu n’éprouves pas d’envie particulière de dormir tôt, il est préférable que tu t’installes confortablement dans ta chambre et ainsi te préparer à ta nuit.

Les hormones dans tous leurs états

Tes habitudes de sommeil ne sont pas comme celles des enfants ou des adultes. Tu as des besoins particuliers. En effet, vers l’âge de 12 ans le cycle de sommeil se modifie, en raison des changements hormonaux causés par la puberté. Ce changement pousse naturellement les adolescents à avoir envie de retarder le coucher (entre 23h et 1h du matin environ), pour se lever en milieu de matinée. C’est ce que l’on appelle le phénomène « retard de phase ». Au fil des années, ces taux d’hormones se stabilisent, ta puberté est finie et ton cycle se modifie à nouveau.

Difficultés d’endormissement, insomnies, réveils nocturnes… le sommeil, une galère ?

Pas toujours facile d’avoir un sommeil paisible ! Mais alors, quels en sont les responsables ? Plusieurs causes sont possibles : emploi du temps chargé, activités sportives intenses faites le soir, abus d’alcool, de tabac et de drogues, couchers en horaires décalés le week-end, usage tardif des écrans (smartphone, tablette, ordinateur, télévision), stress, mal-être… Les raisons de tes problèmes de sommeil peuvent être nombreuses. Les identifier, c’est te permettre d’y remédier et ainsi mieux dormir ! ¨... ( Voirl'article au complet )

https://www.filsantejeunes.com/sommeil-une-histoire-dado-21651

Pégé

Posté par fricot à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janv. 20

Qu'est-ce que la force mentale ?

Salut à tous,

Du site Psychomédia : Le concept de force mentale a d'abord été développé dans le contexte de la psychologie du sport. Il a par la suite été généralisé à tout contexte concerné par l'atteinte de buts malgré des difficultés et des obstacles. 

force-mentale-modele-4c-640¨Selon Clough, le concept de force mentale est mieux défini, plus précis et utile que celui de résilience mentale ou émotionnelle qui « semble être devenu un terme fourre-tout pour toutes les questions liées au stress et à l'anxiété », explique-t-il dans The Conversation UK. « En réalité, il s'agit d'un concept plutôt passif, qui établit des parallèles avec l'ingénierie résiliente qui peut résister à des tempêtes violentes. Il s'agit de “s'accrocher”. »

« Alors que le concept de force mentale, tout en englobant bon nombre des idées clés relatives à la résilience, offre une façon plus positive et plus ciblée d'aider les gens à faire face à des situations stressantes. Il ne s'agit pas simplement de fermer les volets pour faire face aux tempêtes émotionnelles, mais de se sentir capable de rechercher des environnements exigeants et d'y prospérer. Dans ce sens, la force mentale est une variable psychologique positive liée au succès, avec des propriétés psychologiquement bénéfiques qui vont au-delà de l'acceptation et de la gestion de l'anxiété, en permettant de trouver des opportunités de développement personnel et de croissance. »

  • le défi

    le défi (Challenge) réfère à la capacité à recadrer les menaces potentielles comme étant des opportunités de croissance et de maîtrise ; cette capacité permet de prendre des risques et repose sur l'apprentissage dans de nouvelles situations ;

  • le contrôle

    le contrôle (Control) réfère à la croyance d'avoir une influence sur sa vie (l'environnement extérieur) et ses émotions ; il inclut la régulation des émotions et les mécanismes d'adaptation au stress ;

  • la confiance

    la confiance (Confidence) réfère à la confiance dans sa capacité d'atteindre ses buts et la confiance interpersonnelle (ex. s'affirmer).

https://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=422651

Pégé

Posté par fricot à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janv. 20

Le cerveau peut-il combiner efficacement visions naturelle et artificielle ?

Salut à tous,

Du site Trustmyscience.com : La dégénérescence maculaire (DMLA) provoque la cécité chez des millions de personnes dans le monde occidental. C’est la cause la plus fréquente de perte de vision sévère chez les 50 ans et plus, et sa prévalence augmente avec l’âge. Bien qu’il n’y ait pas de remède pour la DMLA, des avancées récentes importantes dans les implants rétiniens artificiels peuvent conduire à un traitement potentiel. Jusqu’à maintenant, les neurobiologistes ne savaient pas si le cerveau pouvait combiner efficacement vision naturelle et artificielle ; une nouvelle étude vient répondre par l’affirmative à cette question. 

¨ Située à l’intérieur de l’œil, la rétine contient des récepteurs de lumière (photorécepteurs) qui absorbent la lumière. Les informations sogettyimages-746122853-2048x2048nt ensuite traitées et transmises au cerveau. La macula, la zone centrale de la rétine, traite la plupart des informations qui atteignent le cerveau depuis les yeux, permettant de voir pendant la lecture et la conduite, la reconnaissance faciale et toute autre activité nécessitant une vision précise.

   Dans la rétine périphérique, la zone à l’extérieur de la macula, qui aide principalement au jugement spatial, la vision est 10 à 20 fois moins précise. Dans la DMLA, la vision précise est altérée en raison de dommages au centre de la rétine, tandis que la vision périphérique reste normale.

Cerveau : il peut combiner efficacement visions naturelle et artificielle

    Lorsqu’il y a des dommages aux couches photoréceptrices de la rétine, une rétine artificielle — un dispositif construit à partir de minuscules électrodes de plus petite largeur qu’un cheveu — peut être implantée. L’activation de ces électrodes entraîne une stimulation électrique des cellules rétiniennes restantes et permet une restauration visuelle, quoique partiellement. Les patients atteints de DMLA implantés avec une rétine artificielle possèdent une combinaison de vision centrale artificielle et de vision périphérique normale.

Vers une solution thérapeutique pour la DMLA et une optimisation des interfaces cerveau-machine !

   « Nous avons utilisé un système de projection unique qui a stimulé la vision naturelle, la vision artificielle ou une combinaison de vision naturelle et artificielle, tout en enregistrant simultanément les réponses corticales chez les rongeurs implantés avec un implant sous-rétinien » déclare Tamar Arens-Arad. L’implant est composé de dizaines de minuscules cellules solaires et électrodes, développées par le professeur Daniel Palanker à l’Université de Stanford¨...  ( Voir l'article au complet )

https://trustmyscience.com/verveau-peut-il-combiner-efficacement-visions-naturelle-artificielle/

Pégé

Posté par fricot à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 déc. 19

SANTÉ : Algodystrophie, la douleur des organes mal irrigués !

Salut à tous,

Du site Allodocteurs.fr : De vives douleurs dans les membres ou les articulations... L'algodystrophie, ou algoneurodystrophie, est une pathologie handicapante qui touche les deux sexes, à tous les âges, y compris l'enfant. Quels sont les signes de la maladie ? Peut-on prévenir l'apparition de ces douleurs ?   

¨ Qu'est-ce que l'algodystrophie ?

   L'algodystrophie ou algoneurodystrophie, également appelée syndrome douloureux régional complexe, se manifeste par de vivePetites douleurs dans les membres, une sensation permanente de fourmillement ou de brûlure, des articulations difficiles voire impossibles à boune_dossier_algodystrophie_150219uger...

     Il s'agit la plupart du temps d'une complication qui survient après un traumatisme même bénin comme une entorse, une simple fracture ou encore après  une intervention chirurgicale. L'algodystrophie touche les articulations et les zones peri-articulaires. Mais dans 20% des cas, il n'y a rien qui explique cette pathologie.

    Quand l'algodystrophie apparaît, on observe souvent des troubles vasomoteurs, c'est-à-dire une mauvaise vascularisation, de certains endroits du corps. Normalement, quand tout va bien, pour que le sang puisse circuler dans l'organisme, il doit être propulsé par le coeur avec une certaine pression mais il faut aussi que les vaisseaux qui transportent le sang puissent réguler cette pression sanguine selon les besoins.

   Cette vasomotricité est en partie commandée par les nerfs du système nerveux sympathique. En cas d'algodystrophie, le fonctionnement de ces nerfs est perturbé. Les petits vaisseaux, comme les artérioles ou les capillaires, qui entourent les articulations ne peuvent plus se contracter. Ils restent dilatés et la partie du membre atteint va devenir très douloureuse.

   En raison de cette vasodilatation, la zone prend un aspect inflammatoire, c'est-à-dire que la peau devient localement rouge, chaude et beaucoup plus sensible. Puis, dans un deuxième temps, elle refroidit et l'articulation se raidit. C'est cette évolution en dents de scie, avec une alternance de phases chaudes et de phases froides alors qu'il ne s'est rien passé de particulier, qui va faire évoquer le diagnostic d'algodystrophie.

Comment prévenir l'algodystrophie ?

   Les algodystrophies apparaissent parfois après des interventions chirurgicales, d'où la nécessité d'une prise en charge préventive, d'autant plus qu'il y a peu de traitements hormis le repos et la rééducation. C'est ce que font aujourd'hui certains chirurgiens¨... ( Voir l'article au complet )

https://www.allodocteurs.fr/maladies/os-et-articulations/algodystrophie/algodystrophie-la-douleur-des-organes-mal-irrigues_1909.html

Pégé

Posté par fricot à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,