Salut à tous,   250px-Pangolin_borneo

   Du site Africa Media 21 : Bénin Centre National Hospitalier et Psychiatrique de Jacquot : 225 malades pour 100 places !

¨Communément appelées  « les fous »,  les personnes atteintes de maladie mentale, dépression, désorientation, schizophrénie... sont de plus en plus prises en charge dans les hôpitaux et formations sanitaires psychiatriques au Bénin.  Au Centre national hospitalier psychiatrique de Jacquot, près de 225 malades suivent le traitement. Dans des conditions pas toujours bonnes. D’après nos sources, 60% des malades consultés dans les hôpitaux souffrent de dépression.

    « On les croit habités par des esprits mauvais… leur comportement est assimilé à de la sorcellerie… Ce sont des malades mentaux. Des êtres humains qui, à un moment de leur vie ont changé de direction. Ils sont dans une autre logique,  mais ils font toujours partie de notre monde. Nous sommes tous des malades mentaux qui s’ignorent. Nul n’est à l’abri. Et nous devons nous en souvenir ». C’est ainsi que s’exprimait, le professeur René Gualbert Ahyi, lors d’une conférence de presse qui a été organisée  vendredi dernier au ministère de la santé. En prélude aux manifestations entrant dans le cadre de la célébration de la 19ème édition de la journée mondiale de la santé mentale,  psychiatres, psychologues et autorités sanitaires se sont retrouvés pour échanger et sensibiliser  l’individu, la famille, la collectivité sur l’importance de la santé mentale. Selon le professeur René Gualbert Ahyi, il y a la santé mentale d’un groupe, d’un individu et celle d’une nation.  « Actuellement, la  nation béninoise n’est pas en bonne santé¨... (Lire la suite)

http://africamedia21.com/index.php/permalink/4630.html

-------------------------

  Du site gervaisloko.over-blog.com : Bénin... Les 36 visages de la maladie mentale !

¨Selon une récente étude, la dépression est la maladie mentale la plus courante au Bénin. Environ 29% des Béninois en souffriraient. Cette prévalence ne donne qu’une idée partielle de l’ampleur des troubles psychiques dans le pays. Des troubles qui couvent d’authentiques histoires de vie, des parcours si ordinaires. Portraits croisés d’hommes et de femmes qui ont basculé dans la démence.

   Boire et déboires. Il n’y a pas autre chose à raconter sur la vie de Joseph. Le regard vitreux, tremblotant, l’haleine avinée, cet homme de 34 ans est un accro du sodabi, vin de palme de fabrication locale. Cultivant la terre dans son village à Savi, il est venu à Cotonou, en 2006, pour échapper aux interpellations «agaçantes» de ses proches sur son addiction à l’alcool. Mais rien n’y fit. A Cotonou, la relative ampleur des revenus de son nouveau métier de Zémidjan, conducteur de taxi-moto, lui permet de continuer à lever le verre de trop. Aujourd’hui, il est l’ombre de lui-même, incapable de conduire son taxi-moto, vivant de bricolages, ayant rarement de quoi faire un repas mais toujours fidèle à la fontaine de l’alcool. Joseph n’a aucune force physique ni intérieure pour d’arrêter son ivrognerie, sa déliquescence organique et morale. Il ne sait même pas, comme tant de Béninois, que l’alcoolisme est une maladie mentale. Pourtant, le centre Jacquot de Cotonou qui est l’hôpital psychiatrique de référence du pays a tout un département qui prend en charge les toxicomanes (drogues, alcool, amphétamines)¨... (Lire la suite)

http://gervaisloko.over-blog.com/article-benin-les-36-visages-de-la-maladie-mentale-55480330.html

--------------------

 Pour terminer ce voyage au Bénin, avec les malades mentaux et leurs maladies, voici une vidéo toute spéciale ( Attention... certaines images peuvent être difficiles à regarder pour certains d'entre-vous) :

 Agbouhé soigne les malades mentaux par les plantes et le vaudou dans son village près d'Abomey au Bénin ...

http://video.google.com/videoplay?docid=-2855296546648336856

Pégé