Salut à tous,   250px-EU-Romania_svg

   Continuons notre voyage dans cet autre vaste continent en jetant un regard sur la situation des malades mentaux dans un pays de l'Europe de l'Est, la Roumanie !

* Plan national de santé mentale !

  ¨La Roumanie, en roumain România, est un État d’Europe de l'Est, membre de l’Union européenne et de l'OTAN. La Roumanie est le 7e pays le plus peuplé de l’Union européenne et le 9e par sa superficie.

Le pays est entouré par la Bulgarie au sud, la Serbie à l'ouest, la Hongrie au nord-ouest, et à l'est par l'Ukraine et la République de Moldavie, un pays à majorité roumanophone qui ne fait plus partie de la Roumanie depuis 1940. La Roumanie débouche à l'est sur la mer Noire¨... (Lire la suite)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roumanie

-------------------------

* Un autre avenir pour les malades mentaux !

¨Un hôpital psychiatrique du pays a créé une petite entreprise qui aide les patients à reprendre confiance en eux et tente de changer l’image de la maladie mentale dans la société.

   “Nouveau ! Visitez la collection printemps”, annonce le site de l’hôpital psychiatrique de Câmpulung Moldovenesc, dans le nord-est de la Roumanie. D’un simple clic apparaît une fenêtre dans laquelle sont proposés quantité d’articles : icônes, poterie, vêtements, produits artisanaux… “Nous pensons même créer prochainement des robes de soirée…”, confie l’administrateur de la “fabrique”, le Dr Alexandru Paziuc.

   Ce site est l’un des maillons d’un projet – la création d’ateliers d’ergothérapie – qui a pour vocation de changer l’image de l’opinion à l’égard des malades mentaux et de conduire ces derniers à se sentir utiles. Aujourd’hui, l’hôpital encaisse chaque mois plusieurs dizaines de milliers de lei [quelques milliers d’euros] grâce à la vente des produits, et ces fonds sont utilisés pour financer de nouvelles installations de l’unité médicale. Cet “hôpital des fous” n’a ni gardien, ni barreaux aux fenêtres, ni portes fermées avec des cadenas. Parmi les patients, on croise des ingénieurs, des enseignants, des médecins ou des étudiants qui ont craqué à un moment donné. “Nous avons aussi des journalistes, la maladie ne fait pas de différence”, sourit Alexandru Paziuc, soulignant qu’en Europe une personne sur quatre souffre de troubles mentaux¨... (Lire la suite)

http://www.courrierinternational.com/article/2010/09/28/un-autre-avenir-pour-les-malades-mentaux

------------------------

* La psychiatrie en Roumanie !

   ¨Bonjour à toutes et à tous ! Je suis Andrei Popov et je vous invite aujourd’hui chez le ... psy. Pas le psy avec le bon divan douillet, mais celui aux cachets qui exerce sa profession à l’hôpital - j’ai bien nommé le psychiatre. C’est Mlle Anne-Gaëlle Richardde Bruxelles qui s’intéresse à ce métier en Roumanie, une branche de la médecine, comme vous allez voir, que les Roumains eux-mêmes sont assez réticents à connaître. Pour vous expliquer les réalités roumaines de cette profession, j’ai invité le docteur Dan Danila, médecin psychiatre à l’Hôpital de Psychiatrie de Sibiu, ville du centre de la Roumanie.

   Les maladies mentales sont plutôt tabou pour les Roumains. C’est une approche qui vient de loin, les communautés villageoises traditionnelles ayant tendance à isoler les personnes, dont les comportements sont hors les normes généralement acceptées. C’est pourquoi les Roumains sont enclins à mettre tout ce qui tient au mental dans le même panier. La psychiatrie se voit ainsi mêler, à tort, à la psychologie, explique le docteur Dan Danila :
« La différence est donnée par la formation professionnelle. Le psychiatre exerce un métier qui est une branche de la médecine, alors que la psychologie fait partie des sciences humaines, au même titre que la sociologie, par exemple. Le psychiatre assiste une personne en lui offrant un traitement basé sur les médicaments, tandis que le psychologue procède à une thérapie par la parole ou par l’action, comme on l’appelle, donc par d’autres moyens que le traitement de nature chimique »¨... (Lire la suite)

http://www.rri.ro/arh-art.shtml?lang=6&sec=93&art=711

------------------------

* Roumanie : quel avenir pour les malades metaux ?

¨En Roumanie, les malades mentaux font l’objet de multiples discriminations. Généralement enfermés dans ce que l’on appelle encore des « hôpitaux de fous », il est rarement question d’envisager une quelconque réinsertion. Pourtant, quelques initiatives tentent de replacer ces malades au cœur de la société. Reportage à l’hôpital de Câmpulung Moldovenesc, à la pointe de ces nouvelles formes de soins¨.

* Troubles mentaux et discriminations : immersion dans le système psychiatrique roumain !

¨Manque de moyens financiers, structures inadaptées, personnel médical insuffisant et peu formé, le système psychiatrique roumain bat de l’aile. Malgré les pressions de l’Union européenne et les promesses du gouvernement, les crédits tardent toujours à se débloquer. Premières victimes : les personnes atteintes de troubles mentaux, qui ne peuvent être correctement traitées, et qui continuent d’être largement discriminées dans la société roumaine¨.

* Santé : dans les Balkans, on oublie les fous dans des mouroirs !

   ¨En Roumanie, Bulgarie et en Serbie, les institutions pour déficients mentaux et aliénés sont dans un état dramatique. Par manque de moyens, de personnel compétent et de volonté politique, les pensionnaires vivent dans des conditions sanitaires déplorables, la plupart du temps enfermés ou même attachés, et maintenus dans un état végétatif par des médicaments surdosés et inadaptés à leur handicap. La réforme de ce secteur est bien trop lente, et ce sont souvent ceux qui ont le plus besoin d’aide qui sont laissés sur le bord de la route. Une enquête du BIRN¨.

http://balkans.courriers.info/article18140.html

Pégé