Salut à tous,   

arton626-da75e

   ¨  Les études cliniques publiées dans les journaux médicaux permettent aux médecins et aux scientifiques de s’élever dans la hiérarchie de la recherche. Alors que la plupart joue honnêtement le jeu de la publication, d’autres trichent. Tandis que toutes ces fautes professionnelles sapent la confiance du public dans la science – comme cela est le cas avec le récent article retiré à propos des électeurs gay [1] [2] – les scandales concernant la recherche médicale mettent en danger la santé de millions de patients dans le monde.

   Les professionnels et les patients dépendent des résultats des analyses d’études cliniques, qui évaluent toutes les preuves d’un problème en particulier, pour savoir si un traitement est sûr et efficace ou non. Cependant, ceux qui coordonnent la préparation des revues systématiques Cochrane des traitements pour les patients gravement blessés, pensent que ces types de revues ne peuvent pas être totalement fiables à cause de ces fraudes professionnelles et les biais de publication. Argument récemment développé dans le British Medical Journal.

Comptes erndus falsifiés !  

    La plupart des rédacteurs en chef et des relecteurs des journaux médicaux prennent les comptes rendus des essais cliniques pour argent comptant, et font peu d’efforts pour vérifier si un essai en particulier a vraiment eu lieu. Une revue systématique Cochrane qui a montré que l’infusion de hautes doses de solutions sucrées empêchait le décès après une blessure à la tête a par exemple été retirée ensuite [4], après que les relecteurs de la revue aient été incapables de confirmer que les études avaient bien eu lieu !

   Déceler et traquer la fraude est un travail difficile, et il est plus facile pour les rédacteurs d’un journal d’ignorer le problème et de perpétuer le mythe selon lequel les relectures des essais cliniques par des professionnels assurent leur qualité scientifique. Mais comment des revues systématiques peuvent fournir des "preuves fiables" quand toutes ces preuves reposent sur la confiance seule ? 

Les biais dans les revues !

   Le second problème majeur est que la littérature médicale contient un échantillon biaisé des essais cliniques. Les essais cliniques qui montrent qu’un traitement en particulier est efficace sont beaucoup plus susceptibles d’être publiés que ceux qui ne montrent aucun bénéfice ou ceux qui affichent des résultats négatifs. En conséquence, les revues systématiques qui reposent sur la recherche publiée sont biaisées, elles mettent l’accent sur le positif et éliminent le négatif. Malgré des décennies d’exhortations concernant la publication des études, la moitié des études environ demeure non publiée – et ainsi, même les efforts les plus assidus pour faire une synthèse des résultats provenant de toutes les études cliniques pertinentes  sont vains.

  Une information scientifique médicale précise et juste est un bien public aussi important que de boire de l’eau potable. Nous avons besoin d’un système d’information de la recherche médicale qui délivre une information scientifique pure, qui ne soit pas corrompue par les intérêts carriéristes de certains scientifiques ni par les intérêts commerciaux des maisons d’édition¨...  ( Voir l`article au complet )

 http://charlatans.info/news/Les-retraits-d-articles

Pégé