Salut à tous,   

LAT09_CLEVELAND_01

Du site L`Actualité : En quête du système « idéal », beaucoup de chercheurs citent en exemple le « modèle Cleveland », semblable à celui d’autres organisations médicales américaines réputées mondialement, dont la Kaiser Permanente et la clinique Mayo.

   ¨ Des médecins très productifs qui sont payés à salaire ? Et sont heureux ? Eh oui, ça existe, quoi qu’en disent les fédérations de médecins du Québec. Visite d’un hôpital qui a trouvé la recette !

   Aussitôt assis dans de confortables fauteuils, quelques patients jettent un œil distrait à l’un des larges panneaux électroniques de la salle d’attente.

   «À L’HEURE», peuvent-ils lire au côté du nom et de la photo de chaque médecin en fonction.

Beaucoup d’habitués de cet hôpital de Weston, dans le sud de la Floride, ont pris rendez-vous à la clinique le jour même, à l’aide de leur appareil mobile. «Il suffit de quelques clics et hop ! c’est fait», m’explique une patiente, Arlene Mitchell.

   En pianotant son mot de passe sur son téléphone, elle accède à son dossier électronique, où elle peut consulter son historique médical, la liste des médicaments qui lui ont été prescrits ou les résultats de ses tests sanguins. Elle peut aussi prendre rendez-vous avec son médecin ou relire les notes inscrites à son dossier. «C’est parfois difficile de se rappeler exactement ce que le médecin nous a dit pendant la consultation. Je n’ai qu’à aller voir mon dossier.»

  Simple et efficace, ce système est souvent cité en exemple pour expliquer la réputation de la Cleveland Clinic, un réseau d’hôpitaux et de cliniques régulièrement classés parmi les meilleurs établissements de santé des États-Unis dans le palmarès annuel du magazine U.S. News and World Report.

   Mais ce qui distingue vraiment la Cleveland Clinic, c’est la façon dont on rémunère les médecins.

   Tout comme ceux du Canada, la majorité des médecins des États-Unis sont payés à l’acte. Plus ils prescrivent d’examens et de tests, plus ils gagnent d’argent. Mais à l’hôpital de Weston, comme dans tous les autres établissements de la Cleveland Clinic, ils sont payés à salaire, peu importe le nombre d’actes qu’ils effectuent.

   «C’est le cœur de notre modèle», dit Wael Barsoum, l’un des gestionnaires de la Cleveland Clinic. «Ça permet aux médecins de se concentrer sur ce qu’ils savent le mieux faire : soigner les patients», résume ce chirurgien orthopédiste, qui se targue de n’avoir jamais eu à préparer de facture, contrairement à ses collègues payés à l’acte. «Comme chirurgien, je pourrais sans doute faire plus d’argent dans le privé, mais j’adore ce modèle.»¨...

( Voir l`article au complet )

http://www.lactualite.com/sante-et-science/au-paradis-des-malades/

 http://www.lactualite.com/societe/le-grand-malaise-des-medecins/

 http://www.lactualite.com/politique/la-reforme-de-la-discorde/

Pégé