Salut à tous,  

bsip_013316_043_72dpiDu site CNRS Le Journal :

   ¨ L’informatique pourrait bientôt aider à diagnostiquer la schizophrénie. C’est le but d’une étude menée par un psycholinguiste, un philosophe du langage et un informaticien.

   Qu’est-ce que la schizophrénie ? La question fait débat à chaque mise à jour du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le célèbre DSM (link is external) publié par la Société américaine de psychiatrie. Car, si la schizophrénie se caractérise par des épisodes associant délire, hallucination et trouble du comportement, les spécialistes ne s’accordent guère sur les signes cliniques qui permettraient de diagnostiquer avec certitude ce trouble mental qui touche 0,7 % de la population mondiale et près de 600 000 personnes en France.

  *Les discontinuités des schizophrènes !  

   On sait depuis près de dix ans que, dans les discussions avec les schizophrènes paranoïdes, il apparaît des discontinuités décisives. Ce sont des ruptures au cours desquelles la conversation devient apparemment incohérente. Le psycholinguiste Michel Musiol, du laboratoire Analyse et traitement informatique de la langue française4, et le philosophe du langage Manuel Rebuschi, du Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie-Archives Henri-Poincaré5, les ont récemment étudiées en analysant la transcription écrite de conversations entre thérapeutes et patients.

 *Modéliser une langue et ses subtilités !

   Les modélisations de conversations réalisées par Maxime Amblard ne sont encore que des bribes de programme informatique. Cet informaticien, spécialisé en linguistique, utilise un modèle sur lequel il travaillait au départ dans le but d’améliorer la qualité des représentations du sens dans les systèmes de traduction automatique sur Internet. Il fallait donc jeter les bases d’un nouvel outil informatique capable d’interpréter les subtilités et les ambiguïtés de la langue française susceptibles de se glisser dans le discours de tout un chacun.

*Des indices linguistiques !

 Dans le cadre du projet Slam, lauréat d’un Peps (Projets exploratoires/Premier soutien), Maxime Amblard et ses collègues psycholinguiste et philosophe du langage vont poursuivre leurs analyses avec un nouveau groupe de patients. Ils espèrent identifier d’autres dysfonctionnements dans le discours des schizophrènes¨...   ( Lire l`article au complet )

https://lejournal.cnrs.fr/articles/mieux-diagnostiquer-la-schizophrenie                              

 Pégé